Für Bewegungsfreiheit & selbstbestimmte Entwicklung!

18. Februar 2016 | Deklaration der westafrikanischen Zivilgesellschaft gegen Valetta-Prozess (engl. + franz.)

Diese Deklaration ist leider nur auf englisch und französisch (siehe unten) verfügbar.

DECLARATION FROM THE WEST-AFRICAN CIVIL SOCIETY AFTER THE MEETING ON THE IMPLEMENTATION OF THE LA VALLETTA ACTION PLAN BY THE ECOWAS MEMBER STATES. Accra, February 9th – 11th 2016.

The West African civil society organisations present in Accra, Ghana, greet favourably the ECOWAS meeting on the implementation of the action plan adopted by the EU and African states at the La Valletta summit in Malta, on November 11th and 12th 2015. West African countries cannot remain indifferent to the ongoing drama happening off the European coasts, in the Sahara desert and in the Gulf of Guinea. Civil society is thus pleased with the strong involvement of the ECOWAS member states in finding solutions to this phenomenon.

In the perspective of the La Valletta summit and in order to define an ECOWAS common stand, many meetings took place between heads of states and ministers between September 2015 and November 2015. The West African civil society is glad to have been included all along this process in the dialogue framework.However, its message towards the heads of states does not fully come across. Indeed, the crisis Europe faces with migrants' arrival and the obstructions to freedom of movement within the Shengen Area should enable ECOWAS to present itself as a model of free movement area. 84% of West African migrants live in another country from the ECOWAS. This one observation is sufficient to show that the migration stakes ECOWAS member states have to meet are relatively specific. On some points they can be far from the EU demands in terms of migration management. Our populations wish to reach a better mobility within their area. Their will goes against the temptation of movement control in the West African area foreshadowed in the La Valletta action plan.

The five major points from the La Valletta action plan and the creation of an “orientation and professional training center” for migrants in Agadez, Niger, are worrying. Both of them lead civil society to fear the questioning of our historical freedom of movement in the West African area as ratified in ECOWAS protocols. Despite security risks due to more and more acts of terrorism (condemned by the civil society), civil society remains convinced that the appropriate answer to migration flow lies in migration policies respectful towards migrant workers' rights and those from their families.

The civil society therefore urges the ECOWAS member states to take into consideration their population's right to free movement, both in the La Valletta action plan's implementation and in the projects yet to be submitted to the 1.8 billion € fiduciary funds set by the EU. The civil society stresses again that the deep causes of irregular migration lie in restrictive migration policies developed by the EU over the last years. No solution to irregular migration should be found without a frank and honest dialogue between the EU and ECOWAS state members, and this, in order to offer to people (especially to the youths) mobility opportunities and visa exemptions such as obtained in some Latin American countries. Consensual mobility could prevent West African migrants to join people smuggler networks. It would also foster creativity and job generating production investments from young Africans after their migration experience.

Faced with climate crisis, drought, coastal erosion and more and more natural catastrophes in the ECOWAS area, the civil society stresses the need to take into account resilience to climate change in all the projects yet to be submitted to the fiduciary funds. A dialogue should also be opened in the frame of the La Valletta action plan implementation in order to find solutions to the issue of internal refugees and displaced persons, who mainly find themselves in the ECOWAS area. Despite their lack of resources, states are now bearing the cost of this issue.

The fight against human trafficking cannot be limited to cracking down on people smugglers. Regarding this topic and within the fiduciary funds frame, the civil society stresses the need to support projects helping to strengthen the legal frame and the victims' protection. It also invites the ECOWAS member-states to ratify all legal instruments relating to human trafficking, migrant trafficking and domestic work. The African civil society remains convinced that creating a safe channel for professional migration and university mobility inside and outside the ECOWAS area is a possible answer to fight human trafficking and migrant trafficking.

The West African civil society wishes to point out its reluctance regarding the voluntary return mechanisms currently at work between European states and the ECOWAS member states. In order to protect the migrants' dignity, the civil society likes to remind that returns shall take into account the risks of insecurity and precariousness faced by the person who comes back. Given the importance of the diaspora members – regardless of their legal situation in the country where they live – for the development of ECOWAS Member States, each return should take place in a respectful way and in a concerted manner with the ECOWAS member-states including the necessary support for psychological monitoring and professional reintegration of the migrants in their origin country.

According to the civil society, the diaspora has a big role to play in developing a win-win migration between ECOWAS member states and the EU. Therefore the civil society urges that projects developed for or by the Western African diaspora in Europe benefit from facilitated mechanisms to access funds from the fiduciary funds.

In order to follow the implementation of the La Valletta action plan, the funding from the fiduciary funds and the West African migrants' human rights, all the participants from civil society present in the Accra meeting have decided to create an Observatory of the West African Civil Society on the La Valletta Action Plan. This observatory will enable a better representativeness of civil society in the national and regional dialogues on migration. We call the ECOWAS commission and the technical and financial partners to support this initiative.

Accra, Feb 11th 2016.

ORGANISATIONS

  • ONG UNION FAIT LA FORCE (UFF), BENIN
  • ALERT MIGRATION, BURKINA FASO
  • MIGRATION POLICY AND ADVOCACY NETWORK (MiPAN), GHANA
  • RESEAU AFRIQUE JEUNESSE DE GUINEE (RAJ-GUI), REPUBLIQUE DE GUINEE
  • MOVIMENTO NACIONAL DA SOCIEDADE CIVIL PARA A PAZ , DEMOCRACIA E DESENVOLVIMENTO (MNSCPDD), GUINE-BISAU
  • ECOWAS CIVIL SOCIETY, LIBERIA
  • ASSOCIATION MALIENNE DES EXPULSES, MALI
  • AMLGAMATED YOUTH MOVEMENT, SIERRA LEONE
  • ENDA DIAPOL, SENEGAL
  • VISIONS SOLIDAIRES, TOGO

Contact persons:

  • Samir ABI, Visions Solidaires, TOGO, Tél : (+ 228) 90 79 44 12 email : samirvstg@gmail.com
  • Eric PEASAH, Migration Policy and Advocacy Network, GHANA, Tél : (+233) 242 170 827 email : epeasah@yahoo.com

Französische Version

DECLARATION DE LA SOCIETE CIVILE OUEST AFRICAINE A L’ISSUE DE LA REUNION SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D’ACTION DE LA VALETTE PAR LES ETATS MEMBRES DE LA CEDEAO. Accra, 9 au 11 février 2016

Les organisations de la société civile ouest africaine présentes à Accra au Ghana saluent la réunion de la CEDEAO sur la mise en œuvre du plan d’action adopté par l’Union Européenne et les Etats Africains au sommet de la Valette à Malte, les 11 et 12 novembre 2015. Le drame, qui continue au large des côtes européennes, dans le désert du Sahara et dans le Golfe de Guinée, ne serait laisser les pays ouest africains indifférents. Ainsi la société civile ouest africaine se réjouit de voir la forte implication des Etats membres de la CEDEAO pour trouver des solutions à ce phénomène. La perspective du sommet de la Valette a permis, de septembre 2015 à novembre 2015, de nombreuses réunions au niveau des Chefs d’ Etat et au niveau ministériel pour définir une position commune de la CEDEAO. La société civile ouest africaine se réjouit que tout au long de ce processus elle ait été associée dans les cadres de dialogue mis en place à cet effet. Cependant son message à l’endroit des Chefs d’Etats peine encore à se faire entendre.

En effet la crise de l’Europe face à l’arrivée des migrants et les obstructions qui naissent dans la libre circulation au niveau de l’espace Schengen doivent permettre de faire émerger la CEDEAO comme un modèle d’espace de libre circulation. 84% des migrants ouest africains vivent dans un autre pays de l’espace CEDEAO. Ce constat à lui seul démontre que les enjeux de la migration à laquelle doivent répondre les Etats membres de la CEDEAO sont assez spécifiques et peuvent être en certains points éloignés des demandes de l’Union Européenne en matière de gestion migratoire. La volonté de nos populations d’aller vers une meilleure mobilité dans leur espace se heurte à la tentation du contrôle de la mobilité dans l’espace ouest africain tel que le laisse présager le plan d’action de la Valette.

Les cinq points majeurs du plan d’action de la Valette et la création annoncée d’un centre d’accueil, de formation professionnelle et d’orientation des migrants à Agadez au Niger, laisse craindre à la société civile une remise en cause de libre circulation historique de nos peuples dans l’espace ouest africain entérinée par les protocoles de la CEDEAO. Malgré les risques sécuritaires liés à la multiplication des actes terroristes, que la société civile condamne, elle reste persuadée que la réponse adéquate à l’afflux migratoire se trouve dans des politiques migratoires respectueuses des droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille.

La société civile invite donc les Etats membres de la CEDEAO à prendre en compte la nécessité du respect du droit à la libre circulation de leur population dans le suivi du plan d’action de la Valette et dans les projets à soumettre au fonds fiduciaire de 1,8 milliards d’euro mise en place par l’Union Européenne.

La société civile rappelle que les causes profondes de la migration irrégulière se retrouvent dans les politiques migratoires restrictives développées par l’Union Européennes ces dernières années. Une solution à la migration irrégulière ne saurait être trouvée sans un cadre de dialogue franc et sincère entre l’Union Européenne et les Etats membres de la CEDEAO pour offrir aux populations, et en particulier les jeunes, des opportunités de mobilité et d’exemption de visa tel que obtenu par certains pays d’Amérique Latine. Une mobilité consensuelle pourrait permettre d’éviter que les migrants ouest africains aillent alimenter les réseaux de passeurs, et favorisera la créativité et des investissements productifs créateurs d’emploi, des jeunes africains après leur expérience migratoire.

Face à la crise climatique, la sécheresse, l’érosion côtière et les catastrophes naturelles qui se multiplient dans l’espace CEDEAO, la société civile insiste sur la nécessité de prendre en compte dans les projets qui seront soumis au fonds fiduciaire la résilience face au changement climatique. Un dialogue doit également s’ouvrir dans le cadre du suivi du plan d’action de la Valette pour trouver des solutions au problème des réfugiés et déplacés internes qui se retrouvent majoritairement dans l’espace CEDEAO et dont le coût est supporté par les Etats malgré leur manque de ressource.

La lutte contre la traite des personnes et le trafic des migrants ne serait juste se limiter à une guerre contre les passeurs. A ce sujet, la société civile rappelle la nécessité dans le cadre du fonds fiduciaire de soutenir les projets allant dans le sens du renforcement du cadre juridique et de la protection des victimes de traite et de trafic. Elle invite les Etats membres de la CEDEAO à ratifier l’ensemble des instruments juridiques sur la traite des personnes, le trafic des migrants et le travail domestique. La société civile africaine reste persuadée qu’une réponse possible pour éviter la traite des personnes et le trafic des migrants, serait la création de filière sécurisée de migration professionnelle et de mobilité universitaire à l’intérieur et hors de l’espace CEDEAO.

La société civile ouest africaine tient à exprimer ses réserves sur les mécanismes de retours volontaires actuellement en œuvre entre les Etats européens et les Etats membres de la CEDEAO. Elle tient à rappeler que dans l’intérêt de la dignité des migrants tout retour doit se faire en tenant compte du risque de précarité et d’insécurité dans lequel pourrait se retrouver la personne retournée. Au vu de l’importance des membres de la diaspora, quelque soit leur situation légale dans les pays d’accueil, pour le financement du développement des Etats membres de la CEDEAO, tout retour doit être mené dans le respect et dans la concertation avec les Etats membres de la CEDEAO avec une nécessaire prise en charge du suivi psychologique et de la réinsertion professionnelle du migrant dans les pays d’origine.

La diaspora a, de l’avis de la société civile, un grand rôle a joué pour développer une migration « gagnant gagnant » entre les Etats membres de la CEDEAO et l’Union Européenne. La société civile invite donc à des mécanismes facilités d’accès au financement du fonds fiduciaire des projets développés par ou à l’endroit des diasporas ouest africaines en Europe. Afin de suivre la mise en œuvre du plan d’action de la Valette, des financements qui seront accordés par le fonds fiduciaire et le respect des droits humains des migrants ouest africains, l’ensemble des acteurs de la société civile présente à la réunion d’Accra ont convenu de constituer un Observatoire de la Société Civile Ouest Africaine sur le Plan d’Action de la Valette. Cet observatoire permettra une meilleure représentativité de la société civile dans les cadres de dialogue régionaux et nationaux sur la migration. Nous appelons la Commission de la CEDEAO et les partenaires techniques et financiers à soutenir cette initiative.

Fait à Accra le 11 février 2016

ORGANISATIONS

  • ONG UNION FAIT LA FORCE (UFF), BENIN
  • ALERT MIGRATION, BURKINA FASO
  • MIGRATION POLICY AND ADVOCACY NETWORK (MiPAN), GHANA
  • RESEAU AFRIQUE JEUNESSE DE GUINEE (RAJ-GUI), REPUBLIQUE DE GUINEE
  • MOVIMENTO NACIONAL DA SOCIEDADE CIVIL PARA A PAZ , DEMOCRACIA E DESENVOLVIMENTO (MNSCPDD), GUINE-BISAU
  • ECOWAS CIVIL SOCIETY, LIBERIA
  • ASSOCIATION MALIENNE DES EXPULSES, MALI
  • AMLGAMATED YOUTH MOVEMENT, SIERRA LEONE
  • ENDA DIAPOL, SENEGAL
  • VISIONS SOLIDAIRES, TOGO

Personnes de contact :

  • Samir ABI, Visions Solidaires, TOGO, Tél : (+ 228) 90 79 44 12 email : samirvstg@gmail.com
  • Eric PEASAH, Migration Policy and Advocacy Network, GHANA, Tél : (+233) 242 170 827 email : epeasah@yahoo.com